fbpx

Le RSI

Cet oscillateur permet de donner une représentation graphique de la puissance du marché, en d’autres termes, il permet de donner des signaux de surachat ou de survente, et ainsi permet de savoir quand acheter et quand vendre un titre.

Le RSI atteint ses sommets ou ses creux avant la valeur elle même. Concrètement, cela signifie que quand le RSI dépasse un certain seuil (c’est ce que nous allons voir juste après), il vous envoie une alerte, précisant que la valeur va faire un autre sommet majeur, lequel sera probablement le dernier avant un retournement de tendance.

Si une valeur est définie comme survendue par la méthode du RSI (la courbe du RSI est représentée en bas du graphique), soit que la courbe du RSI est en dessous de la ligne inférieure des 30%, cela signifie théoriquement qu’elle est à des cours d’achat trop bas et qu’un retournement de tendance à la hausse est à prévoir. Dans le sens inverse, une valeur surachetée aura tendance à voir son RSI mais surtout son cours chuter dans un avenir proche.

Le graphique ci dessus montre bien la divergence entre l’évolution des cours d’un titre et l’évolution de son RSI. Un ralentissement de la puissance du marché entraine une chute du RSI malgré une progression du cours.

Il est important de noter que :

les zones de surachat et de survente diffèrent en fonction du nombre de jours étudiés :

L’horizon d’étude (Court, Moyen ou long terme) pouvant varier avec la technique du RSI ; les zones d’achat et de vente sont donc différentes en fonction de ces horizons. Ainsi, pour un RSI calculé sous 5 jours, la zone de surachat se situe à environ 90% pour une zone de survente à 10%, pour un RSI calculé sous 7 jours ces valeurs sont ramenées à 80% pour le surachat et 20% pour la survente, enfin pour un RSI calculé sous 14 jours (comme utilisé sur l’exemple), elles correspondent à 70% et 30%.

Le RSI forme des figures de style proches de celles qu’un tracé de cours pourrait faire (ETE par exemple).

Le RSI est plutôt recommandé pour des valeurs évoluant selon des données d’économie réelle des entreprises, plutôt que des valeurs variant selon les humeurs des marchés.

Indicateur de momentum, il s’avère être l’un des plus utilisés et apporte une efficacité remarquable.